Le Département poursuit son action pendant la crise.

En savoir +

Balade exploratoire au bois de la Desnerie

© Paul Pascal / Département de Loire-Atlantique

Propriétaire du bois de la Desnerie à La Chapelle-sur-Erdre, le Département a pu constater que le lieu était de plus en plus fréquenté. Promenade, sorties du chien, footing, VTT, jeux, cet espace naturel sensible est devenu l'objet de multiples usages qui contribuent à le dégrader. Impliqué dans une démarche participative, le Département a décidé de consulter les principaux et principales intéressé·es sur la meilleure façon de le préserver. Une participation qui passe notamment par des balades exploratoires, afin d’enrichir son diagnostic.

Balade exploratoire ?

À travers un itinéraire précis, la balade exploratoire dans le bois de la Desnerie a comme objectif de faire connaître le projet de concertation du Département aux habitant·es et de croiser les regards pour confronter la perception et l'expertise entre les participants/participantes et des spécialistes de cet espace naturel. Cela permet également d'obtenir des éléments pour enrichir les autres étapes de la concertation que sont des ateliers collectifs prévus en juin et la possibilité de donner son avis sur la plateforme participative ouverte à tous et toutes.

10 participants le 5 mai 2021

Elles et ils sont 10 en cette fraîche matinée du 5 mai dernier, sur le parking de Port-Barde. Toutes et tous habitent La Chapelle-sur-Erdre, certain·es depuis près de 50 ans, d'autres depuis quelques mois. L'annonce de balades exploratoires sur le bois de la Desnerie a attiré leur attention, soit que le lieu leur est familier soit qu'elles et ils aspirent à mieux le connaître. Après avoir présenté les étapes de la concertation, Solenn, Jeanne Frédéric et Nicolas, agents du Département, demandent aux participant·es les mots que le bois leur évoque. Nature, calme, chien, matin, Erdre, vélo, espace, verdure,... les termes sont notés sur un grand paperboard avant de partir. L'idée : comparer ces termes avec ceux qui viendront à l'esprit après l'exploration du bois.

Espace naturel sensible

930En-route

La balade démarre et après 5 minutes de marche, le premier groupe s'arrête devant un panneau assez discret qui annonce l'entrée dans un espace naturel sensible - ENS - du Département. Cet arrêt est l’occasion d’échanger sur la notion d’ENS et de voir comment les différents pictogrammes sont compris. On voit notamment que les chiens doivent être tenus en laisse, pour éviter qu'ils ne détruisent les jeunes pousses des sous-bois, en grattant un peu partout.

Deuxième halte dans une prairie un peu hors du sentier. Les participant·es doivent prendre à travers un cadre une photo de leur point de vue préféré à cet endroit très fleuri. Nicolas explique que le Département essaie d'avoir deux types de zones : l'une boisée et l'autre en prairie, afin de développer la biodiversité.

Gestion du bois

De retour sous les arbres, il raconte comment se déroule la gestion du bois, qui se régénère seul, sans l'implantation de nouveaux arbres, mais a cependant besoin de coupe et de la supression de certaines essences invasives. C'est le cas du laurier palme, arbuste de jardin qui a colonisé le bois au détriment d'espèces endémiques. Quelques croix rouges sur des troncs indiquent des coupes prochaines pour permettre à d'autres arbres de mieux se développer.

Et cet arbre mort-là, pourquoi vous le laissez ? C'est un arbre totem, laissé pour servir de garde-manger à différents animaux, dont les oiseaux.

À quelques mètres, la nature est différente : le sous-bois prend le dessus, très dense, et révèle un tapis de jacinthes des bois.

Cabanes ou pas cabanes ?

Le groupe arrive dans une sorte de clairière où apparaissent plusieurs cabanes de branchages morts. C'est l’occasion de lancer un petit débat mouvant autour de l’affirmation « La construction de cabanes dégrade le bois. » Chacun doit physiquement se placer d'un côté ou de l'autre de Nicolas pour montrer son approbation ou son désaccord avec cette affirmation en argumentant.

Pour :

C'est un plaisir de gamins, qui n'a pas fait de cabanes ? C'est un lieu de vie, de liberté, de jeux. Cela permet aux enfants de découvrir le bois, de s'éloigner des écrans.

Contre :

Cela augmente la dénaturation, abîme le bois...

Nicolas :

C'est effectivement un dilemme car cela draîne beaucoup de monde et la végétation au sol ne pousse plus. Le bois ne se regénère pas à cet endroit. Faut-il fermer cette zone à cabanes pour replanter ? Au contraire l'officialiser en précisant de ne pas multiplier les cabanes dans tout le bois ? Concernant les nuisances des VTT qui multiplient des sentiers, faut-il leur dédier des itinéraires précis ?

Le calme de la rivière

Dernier arrêt au bord de l'Erdre. Nicolas explique que le Département surveille les rives de la rivière et gère l'entretien des voies navigables. Jeanne demande à chacun et chacune de fermer les yeux et de dire 3 mots que lui inspirent les lieux.

Ressourcement, quiétude, contemplation, silence, petits oiseaux, souffle, nature, beauté...

C'est la fin de la balade. Retour au parking de Port-Barde. Riches de nouvelles connaissances sur le bois de la Desnerie, les 10 participant·es complètent les idées posées sur le paperboord deux heures avant.

Monique :

J'étais curieuse de mieux connaître le bois. Je ne m'étais pas posée la question des différents usages mais c'est sûr qu'il faut préserver l'environnement, tout en le faisant connaître. C'est une belle initiative de réunir des gens différents et de voir si on peut faire avancer le schmilblick.

Michel :

Je n'étais pas venu depuis plusieurs années mais j'ai vu l'annonce dans le journal et je reviendrai me promener ici avec ma femme. Je pense venir à l'atelier du 26 juin pour poursuivre les échanges.

Pour aller plus loin : deux ateliers en juin

La concertation sur le bois de la Desnerie va se poursuivre en ligne et avec deux ateliers prévus les 12 et 26 juin de 9h45 à 12h. Les personnes souhaitant s’inscrire peuvent le faire via la plateforme de participation citoyenne du Département ci-dessous ou par téléphone au 02 44 76 73 05.

Tout savoir des ateliers et de la concertation en ligne sur le bois de la Desnerie

Suivez aussi l'actualité en vidéo

Suivez aussi l'actualité en vidéo

Abonnez-vous à la chaîne officielle du Département de Loire-Atlantique