L'Ile Héron

L’île Héron se situe sur la Loire, au cœur de l’agglomération nantaise. D’une superficie de 66 hectares, elle est limitée au sud par les îles Forget et Pinette, à l’ouest par l’île Beaulieu et au nord par les prairies de Mauves. Le Département a acquis 58ha de l’île Héron en 2000, les 8 ha restant appartiennent à la commune de Saint Sébastien-sur-Loire. Ce site n’est pas accessible au public. On y trouve diverses espèces animales et végétales, sensibles au dérangement. Par ailleurs, l’accès n’y est possible que par un gué, submersible, donc dangereux.

Site fermé au public

La végétation

L’île possède une grande diversité de milieux, typiquement ligériens. On y dénombre plus d’une vingtaine d’habitats dont certains sont prioritaires au niveau européen.

En 2007, sous l’impulsion des élus locaux, le Département décide de lui restituer son paysage typiquement ligérien où les prairies et les frênes têtards dominent. Les peupliers sont supprimés. Aujourd’hui, l’île intègre le site Natura 2000 de « la Loire de Nantes aux Ponts-de-Cé ».

  • Ile Héron © Jean Lesage / Département de Loire-Atlantique
  • Sur la Loire, au lever du jour © Christiane Blanchard/Département de Loire-Atlantique

Les animaux

Les espèces phare de l’île sont l’angélique des estuaires, plante endémique des estuaires atlantique français et l’hirondelle de rivage qui niche dans les berges sableuses.

Mais on y observe aussi martin-pêcheur, faucon hobereau, Milan noir ou encore différentes chouettes (chevêche, hulotte, effraie…) Autre élément important lié à l’homme et à l’exploitation agricole, la présence d’environ 250 arbres têtards (frênes, saules, ormes lisses) plus que centenaires qui apportent le gîte et le couvert à une multitude d’espèces cavernicoles et saproxylophages*. A la fin du XXe siècle, la quasi-totalité de sa surface est plantée de peupliers.

  • La rosalie des Alpes ou rosalie alpine (Rosalia alpina) © Christiane Blanchard/Département de Loire-Atlantique
  • Héron cendré à la pêche © Christophe Bourgeteau

Histoire & Patrimoine

L’origine de l’île Héron remonte à 1636 et fait référence à des travaux de plantation destinés à fixer les dépôts d’alluvions (galets, graviers, sables…) charriés par le fleuve et déposés lors des phases de crues en bancs plus ou moins importantes. Elle portera ensuite plusieurs noms : l’île des Plombs, Barthélémy, de la Grésillère (1781) ou Renaulet (1784). C’est en 1850 que le nom de l’île Héron apparaît pour la première fois sur une carte. L’île évolue beaucoup…

Au XIXe siècle, elle est habitée par des paysans qui l’exploitent et y pratiquent l’élevage. Dans la seconde moitié du XXe siècle l’île est toujours pâturée par des ovins et bovins, mais ne compte plus désormais d’habitants. Trois bâtiments, en mauvais état, sont encore présents sur l’île, vestige d’une occupation humaine qui s’est arrêtée depuis la seconde guerre mondiale.

Les balades nature

Contacts

Ligue pour la Protection des Oiseaux 44 (LPO44)

5 rue Maison David
44340 Bouguenais

02 51 82 02 97

Contact by mail

Visit the website

Suivez aussi l'actualité en vidéo

Abonnez-vous à la chaîne officielle du Département de Loire-Atlantique


Was this page helpful ?