Le vélo, sans frein

© Paul Pascal

Aux Sorinières, les élèves de l'IME de la Bauche de Rouet se mettent en selle et suivent le programme "savoir rouler à vélo". Ce projet, bénéficiant d'une aide financière du Département pour l'achat de matériel, montre qu'handicap et vélo ne sont pas incompatibles.

Du vélo, pour des enfants en situation de handicap mental, même important ? C’est l’objectif que s’est fixé Floriane Livet, enseignante en activité physique adaptée, à l’Institut médico-éducatif (IME) de La Bauche de Rouet, aux Sorinières. Dans cet institut accueillant des enfants et adolescent∙es handicapé∙es, avec une déficience intellectuelle, sept jeunes suivent cette année le programme « savoir rouler à vélo », permettant d’apprendre à rouler en autonomie dans l’espace public. Il s’agit pour cela d’être à l’aise sur son vélo, de savoir lire les panneaux du code de la route, d’avoir la capacité de communiquer avec les autres personnes en circulation etc.
L’IME a bénéficié d’une aide financière du Département de Loire-Atlantique, dans le cadre de sa politique en faveur de la pratique quotidienne du vélo, qui a en partie permis d’équiper l’IME en vélos et notamment en vélos adaptés (tricycle ou vélo couché). En plus de la pratique et de la théorie, les élèves sont aussi formé·es à réparer leurs vélos.
« L’an dernier, deux élèves ont obtenu cette certification leur permettant de rouler en extérieur. Notre but, c’est qu’ils puissent faire des balades en famille. De notre côté, on fait une grande sortie à vélo avec eux en fin d’année mais avec un encadrement important, à hauteur d’un adulte par jeune ! », explique Floriane Livet.

Suivez aussi l'actualité en vidéo

Abonnez-vous à la chaîne officielle du Département de Loire-Atlantique


Headlines