Accompagner les jeunes majeurs issus de l’Aide sociale à l'enfance

© oleg66 - iStockphoto

Conscient des difficultés que rencontrent les jeunes une fois sortis des circuits de la protection de l'enfance, le Département les accompagne à travers plusieurs dispositifs. L'objectif ? Faciliter la transition vers l'autonomie.

Une période décisive pour les jeunes

Allongement de la durée des études ou des formations, difficultés à trouver un premier emploi, coût élevé des logements… Le passage à l’âge adulte connaît de profondes évolutions. De manière générale, les jeunes atteignent leur autonomie de plus en plus tard.

Pour les jeunes issu·es de la protection de l’enfance, le passage à la majorité est d’autant plus difficile. Disposant de moins de soutiens et de réseaux, souvent fragilisé·es par des épreuves difficiles, ils sont malgré tout contraint·es d’être autonomes rapidement.

L'action du Département pour les jeunes majeurs

La Loire-Atlantique est le premier Département à s’engager de manière globale et concrète sur le devenir des jeunes majeur·es.

Philippe Grosvalet, président du Département, souligne :

Permettre à ces jeunes, comme à nos propres enfants, de revenir en cas de besoin est un engagement que j’ai souhaité concrétiser sur notre territoire.

En mars dernier, le Département a décidé d’amplifier cet accompagnement à travers une série d’actions concrètes :

  • Augmenter jusqu’à 25 ans le contrat jeune majeur ;
  • faciliter l’accès à l’hébergement avec des bailleurs comme Habitat 44 et des partenaires comme le CROUS ;
  • donner le droit à l’expérimentation avec des retours possibles au sein des dispositifs de l’Ase ;
  • soutenir le réseau relationnel des jeunes ;
  • développer les parrainages ;
  • accompagner la parentalité de ces jeunes devenant parents.

Les jeunes majeur·es de l'Ase

  • 763

    jeunes ont bénéficié d’un contrat jeune majeur en 2019 (+ 22,5% par rapport à 2018) en Loire-Atlantique

  • 748

    jeunes ligérien·nes accompagné·es par des dispositifs de la protection de l’enfance ont atteint 18 ans en 2019 :

    • 73% bénéficiaient de mesures de placement
    • 27% bénéficiaient d’interventions à domicile
  • 26 %

    des personnes SDF sont d’ancien·nes enfants placé·es à l'échelle nationale.

  • 23 ans

    C'est l'âge moyen du premier emploi en France.

  • 20 %

    des 18-20 ans vivent en dessous du seuil de pauvreté en France.

L'action du Département en faveur des jeunes majeur·es s’articule autour de 4 axes :

  • Faciliter l’accès au logement
  • Mieux accompagner le devenir adulte
  • Soutenir le réseau relationnel dans cette nouvelle étape de vie des jeunes
  • Accompagner les jeunes parents

Faciliter l’accès au logement

L’objectif est de faciliter toutes les manières d’habiter, de se loger pour les jeunes : studio, appartement chez les bailleurs sociaux ou dans le parc privé, résidence sociale, colocation avec ou sans l’intervention d’une maîtresse de maison ou d’une technicienne d’intervention sociale et familiale, résidence universitaire, logement intergénérationnel…

En actions, ça donne quoi ?

  • Le Département a monté des partenariats avec plusieurs bailleurs sociaux (Habitat 44, le CROUS...) pour faciliter l'accès au logement des jeunes.
  • Expérimentation de nouveaux types d’hébergements : colocation pour des jeunes majeur·es ou logement en résidence habitat jeunes, couplé d’un accompagnement d’insertion sociale.

Mieux accompagner le devenir adulte

Les jeunes doivent pouvoir bénéficier du Contrat jeune majeur·e jusqu’à 25 ans pour les accompagner vers l’autonomie.

En parallèle, le Département va rendre possible le « droit à l’expérimentation » pour les jeunes : un temps pour rebondir après une erreur d’orientation ou un échec scolaire, un temps pour s’organiser ou être soutenu·e à la fin d’un contrat de travail, un temps pour s’approprier un projet ou régler un souci qui fait blocage… Ce droit à l’expérimentation permettra aux jeunes ayant quitté l’aide sociale à l’enfance d’y revenir et d’être de nouveau pris en charge, accompagné·es et soutenus si besoin.

Focus sur... Le Contrat jeune majeur·e (CJM)

Le Contrat jeune majeur.e permet aux jeunes confié·es à l'Aide sociale à l'enfance (Ase) de prolonger l'accompagnement et les aides dont ils et elles bénéficient à leur majorité. Depuis mars 2021, les jeunes ont la possibilité de renouveler ce contrat jusqu'à 25 ans.

En savoir plus sur le Contrat jeune majeur·e

Soutenir le réseau relationnel dans cette nouvelle étape de vie des jeunes

Pour prévenir l’isolement du jeune et lui éviter un sentiment de solitude au passage à la majorité, différentes initiatives sont encouragées :

  • Le parrainage social et socio-professionnel avec des citoyens et citoyennes bénévoles ou des éducateurs et éducatrices ;
  • Le soutien à la création d’une association d’entraide entre jeunes issus de la protection de l’enfance.

En actions, ça donne quoi ?

  • Le Département s’est investi dans la création de Repairs! 44, un réseau d'entraide créé pour faciliter l'autonomie des jeunes sortants des services de l'aide sociale à l'enfance. En savoir plus
  • Développement du parrainage des jeunes pour leur insertion professionnelle par l’action de l'association Parrains par mille.

Accompagner les jeunes parents

L’objectif est d’accompagner ces jeunes majeurs qui deviennent parents, père et mère, dans les dimensions sanitaires, sociales, psychologiques et de vie quotidienne.

Et en actions, ça donne quoi ?

  • Faciliter l’accès aux équipements et services d’accueil des moins de 6 ans dont l’un des parents est pris en charge ou a été pris en charge au cours des trois dernières années par l’Ase (PMI, lieux d’accueil enfants-parents, crèches, etc.).
  • Accompagnement du couple, de la mère, du père dans les différentes dimensions sanitaire, sociale, psychologique, vie quotidienne… et dans la connaissance des besoins du bébé.

Was this page helpful ?