Protection de l'enfance : confiner mais aussi rassurer

Frédérique, assistante familiale dans le Vignoble avec les enfants qu'elle accueille
Frédérique, assistante familiale dans le Vignoble avec les enfants qu'elle accueille © Paul Pascal / Département de Loire-Atlantique

Comme tout le monde, les assistant·es familial·es doivent faire face aux contraintes du confinement. Mais elles doivent trouver des solutions pour des enfants qui ont des besoins particuliers. Le témoignage de Frédérique, assistante familiale dans le Vignoble.

Comment protéger les enfants, dans une période aussi angoissante où s’enchaînent les confinements ? Toutes les familles sont confrontées à cette question mais elle se pose avec encore plus d’importance dans le cas des enfants placés sous la protection du Département. Ces enfants ont en effet souvent eu des parcours de vie heurtés et ont des besoins spécifiques. Sur tout le secteur du Vignoble, le Département emploie une quarantaine d’assistant·es familiaux, qui hébergent des enfants placé·es. Comme Frédérique Legras, qui accueille trois enfants, dont deux en situation de handicap :

« Le premier confinement s’est bien passé pour les enfants, malgré de véritables difficultés : les cours, avec des niveaux très différents, les séances de kiné à faire chaque jour, les rendez-vous chez le psy à distance, le sport… Et encore j'ai de la chance, nous avons établi une relation de confiance avec les enfants dont je m'occupe. Pour certain·es de mes collègues, le confinement a compliqué l'accueil, avec des tensions plus importantes. Je les félicite de leur courage. »

De l'espoir dans le dialogue

Pour ce deuxième confinement, Frédérique se veut optimiste : « Nous avons beaucoup parlé avec les enfants, pour les rassurer et identifier leurs besoins. Nous avons la chance d’avoir une grande maison, avec des animaux, comme des chèvres ou des poules, ce qui permet de s’occuper et d’oublier un peu le stress ambiant. Ma responsabilité, c’est que ces enfants, que j’accueille depuis des années, soient heureux, malgré tout.

Devenir assistant·e familial·e

Un métier à part entière pour lequel le Département recherche des candidat·es afin de répondre aux besoins des services de la protection de l'enfance.

Cette page vous a-t-elle été utile ?