Le PEAN de la presqu'île guérandaise

illustration
Les marais salants et les zones du périmètre de PEAN à Guérande © Simon Bénéteau/Département de Loire-Atlantique

Le périmètre de protection d’espaces agricoles et naturels périurbains (PEAN) de la presqu’île guérandaise protège 2444 ha de terres agricoles et naturelles sur les espaces littoraux et alentours. Il est issu de l’extension du PEAN du coteau guérandais et du plateau turballais, créé en 2013 sur les communes de Guérande et de la Turballe.

Pourquoi un PEAN sur le secteur de la Presqu’île guérandaise ?

  • Garantir la vocation agricole des espaces concernés au-delà des espaces agricoles pérennes définis dans les documents d’urbanisme ;
  • Renforcer et coordonner les actions nécessaires à la pérennité de l’agriculture, dans le respect des spécificités environnementales des territoires.

Le plan d'actions vise donc à :

  • Mettre en relation les ressources foncières avec les projets d’installation ou de consolidation des exploitations agricoles existantes
  • Mobiliser des outils fonciers en réponse aux problématiques spécifiques
  • Susciter l’émergence de projets agricoles et les accompagner.

Quels sont les enjeux sur le plateau turballais et sur la commune de Piriac-sur-Mer ?

Les différentes réflexions engagées dans le cadre de la révision des documents d’urbanisme et les travaux menés par la Chambre d’agriculture sur les territoires de projet agricoles ont identifié des enjeux communs :

  • Consolider la vocation agricole des espaces y compris dans les secteurs de fond de vallée côtières (par exemple élevage extensif sur les prairies)
  • Lutter contre la spéculation foncière et reconquérir les terres en friches
  • Faciliter l’installation de jeunes agriculteurs.

Quels sont les enjeux sur le coteau guérandais et sur la commune de Batz-sur-Mer ?

Ces deux secteurs ont comme point commun la déprise agricole, forte sur le coteau guérandais et quasi-totale sur la commune de Batz-sur-Mer.

Sur le coteau, la régression, voire la quasi-disparition de l’élevage et des sites d’exploitation a généré d’autres formes d’occupations de l’espace : activités agricoles (cultures céréalières, fourragères et maraîchères) ou activités de loisirs, propriétés foncières gelées en patrimoine.

Sur la commune de Batz-sur-Mer, l’agriculture assurait le complément de subsistance aux paludiers et les espaces de nourriture pour la traction animale. Un plan de gestion agro-environnemental réalisé par la commune en 2016 jette les bases d’une nouvelle utilisation agricole et environnementale des terres.

L’enjeu est de maintenir ou réinstaller une agriculture compatible avec la richesse environnementale des milieux, dans des territoires fortement contraints par les règlementations applicables aux espaces littoraux.

Le PEAN apporte à l’État une motivation supplémentaire pour autoriser les évolutions des bâtiments d’exploitation sur le coteau Guérandais et la recherche d’implantation de sièges d’exploitation à Batz-sur-Mer en lien avec les dispositions du plan local d’urbanisme.

Il permet aussi de renforcer la veille foncière en zones agricoles et naturelles ; au moment de la vente, les interventions en préemption seront facilitées dans les cas où la parcelle a perdu son usage agricole. 

Quelles sont bénéfices du périmètre de protection d’espaces agricoles et naturels ?

Dans le domaine agricole :

  • Protéger durablement les espaces agricoles et naturels et y maintenir une activité agricole viable, sur le coteau guérandais et le plateau turballais,
  • Sécuriser les structures foncières agricoles, en vue de pérenniser les exploitations,
  • Enrayer les changements de destination du sol et conforter le bâti agricole,
  • Réussir à maintenir un tissu d’actifs agricoles apte à faire vivre les réseaux professionnels, installer de nouveaux actifs,
  • Favoriser le lien social entre agriculteurs et saliculteurs, citadins et estivants, valoriser localement le travail des agriculteurs.

Dans le domaine environnemental :

  • Mettre en valeur les paysages, préserver les milieux aquatiques, ceux favorables à la biodiversité, par le maintien d’une agriculture viable et compatible,
  • Protéger durablement les espaces agricoles et naturels situés aux portes de l’agglomération, et maîtriser ainsi l’étalement urbain.

Témoignage

Mael-Potiron-maraicher 930 CG44B0048101

Maël Potiron, jeune maraîcher, s’est installé à Batz-sur-Mer.

« Avec le PEAN, nous savons que les terres seront réservées à un usage agricole. Cela nous garantit un avenir professionnel, nous savons qu’il n’y aura pas de lotissements ou de zones d’activités qui s’implanteront à côté. »

Votre contact

Service développement local - Délégation Saint-Nazaire

12 place Pierre Sémard
44616 Saint-Nazaire

02 49 70 03 10

Partagez cette page :

Cette page vous a-t-elle été utile ?