Les forges de Trignac, un ancien site industriel devenu coin de nature

Les forges de Trignac sont protégées par un contrat Loire-Atlantique nature © Paul Pascal / Département de Loire-Atlantique

Le Département et la commune de Trignac ont signé un contrat Loire-Atlantique nature pour protéger durablement les forges de Trignac. Ce vestige de l'hitoire industrielle de la Basse-Loire est devenu un espace où la nature a repris ses droits. L'objectif est d'améliorer l'accès au site avec des zones pédagogiques, tout en sanctuarisant les bâtiments qui restent interdits parce que dangereux.

Nature forgée 

Une nature sauvage dans un monument industriel en friche. Une simple balade dans les anciennes forges de Trignac met en lumière ce contraste entre des bâtiments, témoins du passé industriel de la Basse-Loire et la reconquête de la nature. « C’est notre Tour Eiffel à nous, un site vraiment fascinant, s’enthousiasme Raphaël Lorin, responsable du secteur environnement à la mairie de Trignac.

La nature s’est réapproprié cette zone industrielle et polluée, en montrant sa capacité d’adaptation.

Une colonie de chauve-souris niche dans les anciens tunnels des forges et des plantes d’une grande diversité se sont développées sur près de 17 000 m2, depuis l’endormissement des forges dans les années 1940. La municipalité de Trignac veut valoriser ce patrimoine industriel et naturel hors norme, tout en conservant son aspect « sauvage ».

Un peu d'histoire

En savoir plus sur l'histoire des Forges de Trignac

Un contrat de trois ans

Le Département a décidé de l’accompagner en signant un contrat Loire-Atlantique nature pour maintenir l’ambition naturelle du lieu et améliorer sa découverte pour le grand public. Des études préalables à l’aménagement et la préservation de ce site unique (notamment des inventaires faune, flore, habitat) seront engagées. Le coût de ces études s’élève à 25 000 € et le Département apporte un financement de 20 000€ pour la première année du contrat.

Lire le contrat Loire-Atlantique nature signé avec la commune de Trignac

« Nous ne ferons pas un musée clos mais un espace original de pédagogie environnementale et historique », explique Jean-Louis Lelièvre, l’adjoint au maire au patrimoine. Parmi les difficultés : la dangerosité du site. Les anciens hauts fourneaux en béton sont en décrépitude et il est dangereux de circuler sous ces monuments fragiles. Après un inventaire précis de la flore et de la faune, la mairie de Trignac va sanctuariser le lieu, afin d’éviter que le public ne se balade dans des lieux à risque. Deux zones pédagogiques pour les écoles et les badauds, notamment les cyclotouristes, seront installées et un cheminement sécurisé par l’estacade centrale permettra de mesurer l’ampleur de l’ancien géant industriel et l’inéluctabilité de la nature.

  • © Paul Pascal / Département de Loire-Atlantique
  • © Paul Pascal / Département de Loire-Atlantique

En savoir plus sur les contrats Loire-Atlantique nature

Le contrat Loire-Atlantique Nature - Site en propriété publique