RSA et emploi saisonnier : "Le sentiment d'être récompensé de mes efforts"

illustration
Ahmed Ikbal El Borgi se forme à la mécanique pour bateaux © Matthieu Bonamy / Département de Loire-Atlantique

Ahmed-Ikbal El Borgi a pu travailler cet été, dans un emploi saisonnier, tout en conservant son allocation RSA. Ce nouveau dispositif du Département permet aux allocataires du RSA de gagner plus d'argent, tout en accumulant des expériences professionnelles.

Pendant l'été, Ahmed-Ikbal El Borgi a travaillé comme saisonnier à la mairie du Pouliguen. Il était chargé de faire traverser aux touristes le port entre la Baule et Le Pouliguen. "La croisière la plus rapide de l'Ouest", sourit cet habitant de Pornichet de 49 ans. Allocataire du RSA, il a pu conserver son allocation, en même temps que son salaire, grâce au nouveau dispositif du Département qui expérimente ce cumul en Loire-Atlantique.

"J'ai beaucoup apprécié cette expérience. D'une part, elle s'inscrit dans mon projet professionnel, puisque je souhaite devenir capitaine de navire, pour transporter des touristes sur le littoral. Ensuite, j'ai eu le sentiment, grâce à ce cumul de salaire et d'allocation d'être valorisé et récompensé pour mes efforts"

Une course en plusieurs étapes

Il faut dire que le parcours de M. El Borgi démontre sa volonté. Il y a près de 3 ans, suite à une délocalisation, il a été licencié de son travail de formateur en technique de ventes, dans le nord de la France. Il décide de s'installer sur la côte nazairienne, parce qu'il aime la mer, la navigation et souhaite en faire son métier. Accompagné par l'Unité emploi du Département, il franchit une à une les étapes qui lui permettront d'accomplir son projet. D'abord, il accomplit une formation de matelot, qui lui permettra de trouver un emploi sur un chalutier de pêche, au Croisic. Prochaine étape : le début d'une autre formation, de mécanicien, au lycée professionnel maritime Jacques-Cassard à Nantes. .

"Cette nouvelle formation est très importante pour pouvoir naviguer puisque les navires ont l'obligation d'avoir au moins un membre d'équipage, formé à la mécanique ", raconte celui qui fera l'aller retour tous les jours en train puis en bus pour retourner sur les bancs de l'école. 

Enfin, grâce aux expériences de navigation accumulées, il pourra prétendre à une dernière formation de capitaine, pour finaliser son projet

"Sans l'accompagnement de l'unité emploi du Département, je n'aurai pas pu pénétrer dans ce monde de la marine, très réglementé et qui fonctionne par réseau et connaissance. Les personnes qui m'ont aidé ont eu le rôle de coach dans un club de sport, pour maintenir ma motivation. "

Les unités emploi et le réseau d'entreprises

L'unité emploi de Saint-Nazaire suit M. El Borgi depuis 2017. "Une forte volonté et un projet ambitieux mais cohérent" estiment Gwladys Clero et Kira Gyllenberg, chargées d'accompagnement  emploi. "En accompagnant M. El Borgi, nous avons pu rencontrer des entreprises dans le secteur maritime, améliorer nos connaissances du secteur. Le secteur maritime est important autour de Saint-Nazaire, avec les ports de La Turballe et du Croisic. Les besoins en emploi sont importants. Cela nous permet d'étoffer notre réseau d'entreprises locales, pour mieux accompagner les personnes privées d'emploi que nous suivons."

Unité emploi - délégation Saint-Nazaire

12 place Pierre Sémard
44616 Saint-Nazaire

02 28 55 97 40

Partagez cette page :

Cette page vous a-t-elle été utile ?