34 millions d'euros de mesures exceptionnelles contre la crise

Le Département va octroyer 1,67 million d'euros de primes exceptionnelles pour les établissements médico-sociaux et aux aides à domicile pour compenser le surcoût lié à la crise sanitaire. Ces efforts supplémentaires s'ajoutent aux 32 millions d'euros consacrés par le Département en 2020 et 2021 pour amortir la crise. Michel Ménard, président du Département fait le point sur la situation financière du Département.

Dans quelle situation financière se trouve le Département, au moment où vous en prenez la présidence ?

Nous avons débloqué des fonds importants pour jouer le rôle d'amortisseur social avec près de 35 millions d'euros de primes et de mesures exceptionnelles :

  • une commande de 2 millions de masques, au moment où l'on en manquait
  • un plan de relance axé sur la voirie et sur les logements sociaux
  • Un fonds de solidarité pour les associations sportives et culturelles
  • la participation au fonds résilience de la région pour sauver les petites entreprises locales
  • des primes pour les salarié.es en première ligne pendant la crise
  • une augmentation importante du nombre d'allocataires du RSA (+10 % en un an).

Mais nous profitons du dynamisme de notre territoire, avec notamment des ressources financières liées au marché immobilier (droits de mutation ou frais de notaire dans le langage commun). Cette ressource représente près d'un quart de nos recettes. Malgré la crise, les droits de mutation se sont maintenus en 2020 au niveau que nous avions envisagé en fin 2019, soit 328 millions d'euros. Globalement, la situation financière est plus saine qu'il y a six ans, au début du précédent mandat et ce, malgré la crise et nos dépenses supplémentaires pour y faire face.

Qu'est ce qui a changé par rapport à 2015 ?

Grâce à une bonne gestion financière pendant six ans, la collectivité, dirigée par mon prédécesseur Philippe Grosvalet, a réduit sa dette et augmenté ses investissements. Le tout sans augmenter la taxe foncière.

Avec près de 100 000 habitants et habitantes supplémentaires, nous avons tout de même réduit la dette de près de 100 millions d'euros et investi près d'un milliard d'euros dans des équipements de services publics : des écoles, des collèges, des logements sociaux, des routes et des pistes cyclables, des bâtiments pour accueillir les enfants mis sous notre protection...

Protection de l'enfance : créer un cadre sécurisant au CDEF

Par rapport à d'autres Départements, en difficulté financière, nous aurons les moyens de notre ambition. Nous pourrons mettre en place le projet politique pour lequel nous avons été élu·es et aider nos concitoyennes et concitoyens à passer cette crise.

1,67 million d'euros d'aide exceptionnelle pour les services aux personnes âgées ou handicapées

Cette enveloppe a été évaluée avec les organismes gestionnaires d’établissements ou de services. Elle permet de financer les dépenses exceptionnelles et se répartit de la façon suivante :
650 000 € pour les services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD) des personnes
âgées. La Loire-Atlantique compte 133 services autorisés et les surcoûts identifiés sont liés tout
particulièrement à l’achat d’équipements de protection individuelle, indispensables à l’exercice de leurs missions.
1,02 M€ dans le secteur du handicap : foyers de vie, d’accueil et d’hébergement, hébergement accompagné, services d’accompagnement à la vie sociale, établissements et services d’aide par le travail. Pour s’adapter, les structures ont dû renforcer leurs équipes et investir dans les équipements de protection individuelle, adapter les postes et réaliser des prestations supplémentaires de nettoyage, etc.

Was this page helpful ?