Le laraire de Rezé

Parmi les collections du musée Dobrée se trouve un ensemble très particulier datant de la première moitié du 2e s. ap. J.-C. Il s'agit du laraire de Rezé, qui compte parmi les premiers objets collectés par la Société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Inférieure.

Le laraire est l'une des pièces maitresses des collections gallo-romaines du musée Dobrée, qui évoquent la vie à Portus Namnetum (Nantes) et Ratiatum (Rezé), villes qui se faisaient face de part et d’autre de la Loire à cette époque (1er siècle av. J.-C. - 3e siècle ap. J.-C).

Un témoignage de la piété populaire aux temps gallo-romains

Le laraire, ou lararium est un autel ou sorte de petit sanctuaire destiné au culte des Lares, les dieux du foyer. Celui découvert à Rezé est une niche cintrée, peinte en rouge. Plusieurs figurines en terre cuite moulée des divinités vénérées par les habitants et habitantes d’un quartier de Ratatium y ont été retrouvées, Un chien de garde, vigilant et fidèle comme le dieu Lare, protecteur du foyer, accompagne le buste d’une femme dont le portrait et la coiffure évoquent l’impératrice Sabine : elle personnifie sans doute la famille impériale, protectrice, dispensatrice de paix et de prospérité. Deux figurines plates représentent, elles, des divinités gauloises inconnues, cosmiques, qui marchent sur des étoiles et ont des astres dans les cheveux. Le porc (ou sanglier) de calcaire peint en jaune, fait face, prêt à charger, et symbolise à la fois la prospérité et la ténacité farouche. Ces figurines, produites en grand nombre, étaient un support privilégié de la piété populaire. Sans doute « chapelle » de carrefour, ce laraire est le seul exemple français dont la chapelle de maçonnerie a conservé ses figurines. L’ensemble avait été soigneusement caché dans le sol, sous l’actuelle église de Rezé.

En savoir plus sur le futur musée Dobrée

Consultez la rubrique du projet

Was this page helpful ?