Le littoral de Loire-Atlantique en route vers la transition énergétique

Le Département de Loire-Atlantique s'engage dans la transition énergétique pour réduire par trois la consommation énergétique et par quatre les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050. Il voit aussi de formidables opportunités industrielles dans les domaines du développement des énergies renouvelables et de la maîtrise de l'énergie : mise en place d’unités de méthanisation, développement du parc éolien terrestre, production d’électricité à partir des installations photovoltaïques…

L'éolien terrestre

Bénéficiant d’un positionnement sur la façade atlantique qui lui confère une bonne ressource de vent, la façade atlantique offre un potentiel intéressant de développement de la filière éolienne, qui lui permet d’envisager une contribution majeure de cette dernière à l’essor du bouquet des énergies renouvelables.

L’énergie éolienne est une des énergies renouvelables les moins chères et peut couvrir, en Loire-Atlantique, une part importante des besoins en électricité.

Le Département de Loire-Atlantique a défini pour l’éolien terrestre un objectif à l’horizon 2020 de 600 mégawatts (MW) installés, soit environ 1 200 gigawattheures (GWh) produits annuellement, correspondant à 300 éoliennes environ.

Au 1er janvier 2020 :

  • 39 parcs représentant 170 éoliennes sont en fonctionnement en Loire-Atlantique,
  • 29 parcs représentant plus de 90 éoliennes sont en construction

En complément de l’éolien terrestre, il est prévu à partir de 2022, au large de Saint-Nazaire, l’installation en mer de 80 éoliennes géantes qui seront, à elles seules, capables de produire 20% de l’électricité de Loire-Atlantique.

La méthanisation

« L’énergie et le climat sont des préoccupations majeures pour la Loire-Atlantique. Animateur engagé dans la transition énergétique, le Département a affirmé ses ambitions en 2012 dans le cadre de son Plan Climat énergie territorial, et se mobilise pour réduire les consommations d’énergies, limiter les émissions de gaz à effet de serre, et développer les énergies renouvelables.

Territoire d’élevage, la Loire-Atlantique présente un potentiel de méthanisation encore peu exploité.

Aussi, le développement de la méthanisation apparaît comme une voie prometteuse, au sein d’une combinaison énergétique mêlant éolien, bois-énergie, photovoltaïque, ou encore solaire thermique, pour réaliser la transition énergétique du département.

La méthanisation est un procédé biologique naturel qui dégrade des déchets d’origine organique, provenant de l’agriculture et de l’élevage, de l’agro-industrie, et des collectivités. Il en résulte une énergie renouvelable, le biogaz, et un fertilisant, le digestat. Le biogaz est constitué à 60% de méthane (le gaz naturel) qui peut, après épuration, être injecté dans le réseau de gaz existant. On peut aussi brûler le biogaz pour obtenir de la chaleur et/ou de l’électricité. Le digestat peut être épandu sur les terres proches ou co-composté et normalisé pour être vendu.

Le potentiel départemental est estimé à 1 700 GWh/an d’énergie primaire soit 1/4 de la consommation de gaz en Loire-Atlantique.

Suivez aussi l'actualité en vidéo

Abonnez-vous à la chaîne officielle du Département de Loire-Atlantique


Was this page helpful ?