Accompagner les mineures pour sortir de la prostitution

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Rawpixel - iStockphoto

Aujourd’hui, on estime que plus de 10 000 jeunes entre 14 et 17 ans se trouveraient en situation de prostitution en France, principalement des filles. Face à ce constat, le Département de Loire-Atlantique soutient les acteurs locaux de son territoire. Il a financé la création d'un dispositif de prise en charge de ces jeunes, à travers notamment la création d'un numéro d'appel gratuit à destination des mineur·es, des professionnels et des familles.

Prostitution des mineur·es : 10 000 jeunes de 14 à 17 ans concernés en France

« Michetonnage », « Escorting », « Plan sous », « Service »…

Le phénomène de la prostitution des mineurs prend de l’ampleur : les acteurs concernés par la problématique estiment de manière unanime qu’il s’agit d’un phénomène grandissant qui touche majoritairement des jeunes filles de plus en plus jeunes, aux profils variés.

Aujourd’hui, on estime que plus de 10 000 mineur·es se trouveraient en situation de prostitution en France, principalement des filles de 14 à 17 ans. En outre, les associations spécialisées indiquent qu’au moins la moitié des adultes en situation de prostitution seraient entrés en prostitution au cours de leur minorité.

Afin de lutter contre ce phénomène, de nouvelles dispositions pénales particulièrement protectrices vis-à-vis des mineurs ont été adoptées en avril 2021 (loi n°2021-478) : le recours à la prostitution d’un ou une mineure est maintenant un délit puni de 5 ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende ; il s’agit d’un crime puni de 20 ans de réclusion criminelle lorsque la victime est âgée de moins de 15 ans.

Le recours à la prostitution d’une personne est toujours condamnable, et ce qu’importe le consentement de la victime.

Le Département de Loire-Atlantique s'engage pour lutter contre la prostitution des mineurs

Un groupe de travail pluri-professionnel et pluri-institutionnel, piloté par les observatoires des violences faites aux femmes et de la protection de l’enfance et soutenu par le Tribunal judicaire de Nantes, a été mis en place en mai 2021. Son objectif ? Lutter collectivitement contre la prostitution des mineur·es en Loire-Atlantique et réfléchir collectivement à des pistes d’amélioration en termes de prévention, de repérage et d’accompagnement.

Un numéro d'écoute à destination des pros, des familles et des jeunes concernés

Dans le cadre de l’appel à projets « Stoppons les violences faites aux femmes », l'Observatoire a soutenu l'ATDEC (Association territoriale pour le développement de l’emploi et des compétences de Nantes métropole) dans la création d’un dispositif pluridisciplinaire de prise en charge globale des mineur·es ayant recours à la prostitution ou en risque de l’être.

Un numéro unique a été mis en place. Il reçoit 10 à 30 appels par semaine de la part de professionnels en demande de soutien, de parents inquiets ou directement de jeunes en situation de prostitution. Les associations membres du dispositif proposent ensuite un accompagnement individualisé et pluridisciplinaire.

Le numéro est le suivant : + 33 6 03 68 39 50

Un état des lieux de la prostitution des mineurs en Loire-Atlantique

En parallèle, un état des lieux est mené par l'Observatoire, dans le but d'étendre les actions menées sur le territoire. Plusieurs actions sont menées dans cette optique :

  • Un travail de fonds avec les professionnels du territoire pour repérer les situations ou les risques de prostitution.
  • Une analyse quantitative et qualitative pour mieux appréhender le phénomène sur le territoire.

La publication de cet état des lieux a fait l’objet d’une restitution publique au cours d’une demi-journée de sensibilisation à destination des professionnelles et professionnels, organisée par les observatoires le 16 septembre 2022.

Un plan d’action soutenu à hauteur de 685 000 € par l’État

Le plan d’actions engagé par le Département et son Observatoire bénéficie d’un soutien de l’État à hauteur de 685 000 €. Il s’articule autour de cinq axes :

  • Créer un socle de connaissances pour les professionnels,
  • Prévenir les conduites à risques avec de la sensibilisation,
  • Outiller les professionnels et renforcer le repérage,
  • Protéger les mineurs victimes de prostitution,
  • Prendre en charge et accompagner les jeunes.

Pour aller plus loin

(Restricted access link)

En savoir plus sur l'appel à projets "Stoppons les violences faites aux femmes"

3 questions à Léa Messina : focus sur la prostitution des mineurs

Léa Messina est coordinatrice ATDEC du dispositif "Mineur·es en Situation de Prostitution". Elle nous parle de ces jeunes en situation de danger et du dispositif mis en place avec le soutien du Département de Loire-Atlantique.

Download the video transcript file

Prostitution des mineures et mineurs : les premiers résultats de l'état des lieux

  • 163

    situations (au minimum) de mineur·es en situation ou risque de prostitution en Loire-Atlantique entre 2019 et 2022.

  • 90%

    sont des jeunes filles, entrées dans le système prostitutionnel majoritairement entre 14 et 15 ans.

  • 50%

    de ces jeunes vivent dans un foyer de la protection de l'enfance.

  • 50%

    de ces mineur·es ont déjà été victimes de violences sexuelles (viol ou agression sexuelle) dans leurs parcours de vie.

  • 7

    jeunes sur 10 ont été victimes de violences au cours de leur vie.

  • 50%

    de ces jeunes ont été victimes de violences au sein de leurs famille ; il s’agissait de violences sexuelles pour 1/3 d’entre eux.

  • 216

    pros ont participé au recueil de données.

  • 91%

    des professionnels interrogés ne s’estiment pas suffisamment outillés pour repérer et répondre à une situation de prostitution.

  • 80%

    des pros interrogés ont exprimé leur besoin de formation sur ce sujet.

Was this page helpful ?