Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes

Publié le 11/25/2020

Chaque 25 novembre, il nous est proposé de nous arrêter sur les violences faites aux femmes de part le monde. C'est pourtant chaque jour qu'il faut agir pour faire cesser ce fléau. En Loire-Atlantique, il concerne 65 000 femmes chaque année, victimes de viols, de brutalité, d’insultes, d’exhibition, de harcèlement dans l’espace public ou dans la sphère privée. Des violences inacceptables que combat le Département à travers de nombreuses actions.

Parmi ses actions de lutte contre les violences faites aux femmes, le Département de Loire-Atlantique a missionné des professionne·les à l'hôtel de police de Nantes et auprès du groupement départemental de gendarmerie, ou encore au sein de ses espaces départementaux des solidarités (EDS). Ces personnes sont à la disposition des victimes pour écouter, orienter et rechercher avec elles des solutions durables.

Ce Pôle d'aide aux victimes accompagne avant, pendant et après les procédures judiciaires. Le Département soutient également les associations d'aide aux victimes et participe au fonctionnement de Citad'elles, ouvert à Nantes il y a tout juste un an.

Retrouvez toutes les informations sur Les pôles d'aide aux victimes :

Appel à projets annuel Stoppons les violences faites aux femmes

Depuis plusieurs années, le Département propose également l'appel à projets Stoppons les violences faites aux femmes. Il permet de soutenir des projets portés par des associations un peu partout en Loire-Atlantique. L'appel à projet 2020 a permis de faire émerger les projets suivants :

  • Autour des auteurs de violences, le projet « L’oeil parlant »
  • l’hébergement d’urgence : des projets qui permettent de compléter les protocoles de mises à l’abri déjà en place (mais malheureusement insuffisants). Projet Solidarités Estuaire et le projet Trajets
  • des projets qui donnent la paroles avec 2 projets radio : Alternantes et radio chrono. Volonté de développer de la sensibilisation de terrain.
  • des projets autour du sport : Elles-Entente cycliste, ADRV (arts martiaux)
  • Gynécologie sans frontière : colloque sur la prise en charge de femmes victimes de violences (conjugales, gynécologiques…)

Ces projets prennent corps un peu partout sur le territoire : La Turballe, Ancenis, Nantes, Châteaubriant... Certains permettent de mettre des femmes à l'abri, d'autres ont pour objectif de les aider à se reconstruire après la séparation, de reprendre confiance dans la vie.

Le prochain appel à projet Stoppons les violences faites aux femmes démarre le 18 janvier.

En savoir plus Stoppons les violences faites aux femmes

Un colloque dédié à la lutte contre les mutilations gynécologiques

Parmi les violences faîtes aux femmes, les mutilations gynécologiques telles l'excision sont encore de mises. Gynécologie sans frontière se bat contre ses tortures pratiquées au nom de croyances ancestrales dans certains territoires de certains pays d'Afrique et d'Asie. Mais sachez que ces pratiques existaient aussi en Europe, au XIXe et début du XXe siècle, de façon certes marginale mais au nom de la science, pour "soigner" l'hystérie de certaines femmes.

Un colloque sera organisé en février autour des mutilations sexuelles avec l’Observatoire des violences faites aux femmes.

Femmes, handicap et violences : le cycle infernal

D'après un rapport de l'Union européenne, quatre femmes handicapées sur cinq sont victimes de violences. Une réalité alarmante mais invisible. Découvrez le témoignage de Claire Desaint, de l'association Femmes pour le dire, femmes pour agir.

Le témoignage de Claire Desaint

Découvrez les chiffres de la publication du Département Repères sur les violences subies par les femmes en situation de handicap : Reperes Aout2020 ViolencesFemmesHandicapées

Les contacts immédiats

Appelez le 3919

Appel gratuit depuis un téléphone fixe ou mobile, du lundi au samedi de 9h à 19h.

Votre anonymat est garanti.

Appel ne figurant pas sur les factures de téléphone.

En cas de danger immédiat

Vous pouvez appeler le 17 (police ou gendarmerie) ou envoyer un SMS au 114.
Il vous est possible de quitter à tout moment votre domicile sans attestation.

Pour signaler votre situation

Vous pouvez aussi signaler votre situation sur Internet via la plateforme dédiée fonctionnant 24h/24 avec un tchat non traçable : www.arretonslesviolences.gouv.fr

Suivez aussi l'actualité en vidéo

Suivez aussi l'actualité en vidéo

Abonnez-vous à la chaîne officielle du Département de Loire-Atlantique