Retourner au sommaire : Culture, Patrimoine

Culture, Patrimoine

Classe culturelle numérique – Canal de Nantes à Brest / Résidence d'artistes sur le web

Itinéraire artistique et culturel, Multimédia

Stéréolux

Objectif :

Les ateliers et autres activités développés par l'Action Culturelle à Stereolux promeuvent des pratiques créatives et diversifiées autour du multimédia et de nouvelles disciplines, parfois méconnues [light painting, mapping, Trans média etc..]. Ils ont en outre pour ambition de sensibiliser aux propositions artistiques mises en avant par la programmation de Stereolux dans les domaines des musiques amplifiées et des arts visuels et numériques, selon une posture qualitative et critique plutôt que strictement consumériste.

Niveau :

Collège

Type :

Pratique accompagnée

Détails de l'activité :

Née d'une volonté de développer les usages numériques sur un territoire en accueillant un artiste en résidence en ligne et en classe, la Classe Culturelle Numérique s'appuie sur un projet transdisciplinaire dans lequel les élèves rencontrent un artiste pour échanger en ligne via une plateforme [site web] ou lors de visites en classe et donnent une restitution collective dans un lieu culturel du travail de création réalisé pendant l'année scolaire.

Dans le cadre du Plan Grandir avec la culture, Stéréolux développe une Classe Culturelle Numérique à la rentrée, ouverte à sept collèges du département [une classe par collège soit environ 224 élèves].

Patricia Cartereau et Eric Pessan travaillent régulièrement ensemble, soit pour des publications [« Doudous », livre d’artiste, éditions Joca Seria / « L’écorce et la chair » éditions du Chemin de fer / « La hante » éditions de l’Atelier contemporain] soit pour des projets mixtes [ils étaient en résidence en juillet-août 2018 à la Marelle – Friche Belle de Mai, Marseille, pour une commande autour du paysage et de la randonnée].

L’un comme l’autre intervient régulièrement en milieu scolaire pour des ateliers ou des rencontres.

 

Un projet d’arts plastiques et d’écriture 

En partant de la démarche de Patricia Cartereau [l’observation active des paysages] et en faisant des liens avec l’histoire de l’art et celle de la littérature, nous proposerons aux élèves de se saisir des paysages : tout d’abord de façon objective (je décris mon environnement, je le dessine) puis en allant vers une appropriation plus subjective (je réinvente ce qui m’entoure, je m’en saisis pour aller vers un paysage intime, j’écris aussi ce qui ne va pas dans le paysage, quels risques encourent les paysages…).

Ce que nous proposons également, c’est un incessant aller-retour entre pratique du dessin et pratique de l’écriture.

Bien évidemment, le découpage du scénario en quatre séances se fera en concertation avec les enseignants volontaires.

 

Synopsis

Qu’est-ce que l’on voit lorsque l’on regarde ? Qu’est-ce que l’on comprend de notre environnement ? Qu’est-ce que l’on sait de l’histoire de ce qui nous entoure ? Sait-on différencier le naturel de l’artificiel ? Voit-on les traces laissées par l’homme dans le paysage ?

Nous allons proposer aux élèves un parcours en trois étapes : observer, comprendre, créer.
Observer l’environnement, comprendre sa formation, et s’approprier ces savoirs (subjectifs et objectifs) pour nourrir leurs propres créations plastiques et littéraires.

 

Productions attendues

Les productions seront des réalisations plastiques [dessins, photographies, films, peintures] ainsi que des textes courts [proses, récits, proses poétiques]. Nous souhaitons valoriser les travaux de chaque élève. Il sera demandé pour chaque consigne une réalisation plastique [individuelle ou collective] ainsi qu’un texte collectif composé de l’addition de productions individuelles. Chaque consigne sera indépendante de la précédente mais les quatre formeront les étapes d’un ensemble de fragments articulés entre eux par une même thématique.

Tout au long de la classe culturelle numérique, nous voulons tout à la fois que les élèves prennent en compte ce que leurs réalisations induisent en impressions, sens, décalages ou pas avec leurs intentions de départ, et la façon dont le spectateur/lecteur pourra recevoir leur travail.

Bien évidemment, l’outil numérique permet beaucoup de liberté : ainsi les réalisations des élèves peuvent être filmées, photographiées, les textes enregistrés, voire textes et réalisations plastiques peuvent être intégrées dans une même forme [les élèves peuvent écrire sur leurs images, par exemple]. 

 

Objectifs pédagogiques

Les objectifs sont multiples :

  • Questionner les élèves sur leur vision de leur environnement.
  • Permettre à chaque élève d’écrire avec ses mots propres un fragment d’un grand texte collectif, et à chaque élève de participer à la réalisation d’un travail plastique.
  • Ouvrir les élèves sur autrui, attiser la curiosité, donner envie à chaque classe d’aller voir ce que produisent les autres. Et permettre l’hospitalité : les consignes recommanderont à chaque groupe d’aller lire les productions réalisées dans les autres collèges.
  • Travailler l’interdisciplinarité : la classe culturelle numérique concerne tout autant les professeurs de français, les professeurs de disciplines artistiques, les professeurs documentalistes, les professeurs de sciences naturelles et les professeurs d’histoire-géographie.
  • Et enfin, mais cela va de soi : s’amuser, prendre du plaisir à travailler ensemble, à dessiner, à écrire…

 Séquencement des consignes

Consigne 1 : Observer

Pour lancer la classe culturelle numérique, il nous parait essentiel que les élèves puissent se rendre sur le tronçon du canal le plus proche de leur établissement. Sur place, les élèves « se promèneront » pour prendre des notes écrites et graphiques de l'environnement.

Regarder autour de soi, observer, consigner, trouver les mots pour dire la couleur d’un mur, la forme d’un nuage, le nom d’un arbre… Décrire et dessiner ce qui est sous nos yeux et que nous ne voyons plus parce que – justement – notre environnement nous parait banal, familier.

Objectifs pédagogiques : Ce moment permettra de faire émerger des notions de cadrage, point de vue, angle de vue, d'envisager différentes définitions de l'idée de paysage [urbain, construit, naturel...].

Productions attendues : Nous envisageons : des croquis, des empreintes, des photographies, des techniques graphiques allant du HB au fusain et crayons de couleurs. L'objectif est de récolter, récolter en dessinant au maximum. Cette récolte servira de matière première à la composition de paysages, plus tard en classe, par petits groupes. Par des découpages, des morcellements, des collages, chaque groupe composera un paysage autre. Chaque élève écrira plusieurs phrases sur son environnement, ensuite elles seront lues en classe avec les enseignants, et une ou deux phrases maximums par élève seront choisies et assemblées pour créer un texte collectif.

Ressources : Pour aider les élèves à prendre des notes, seront proposés des extraits de « Remarques » de Nathalie Quintane, de « L’infra-ordinaire » de Georges Perec. En iconographie, nous proposerons Dürer, Patinir, Millet, Kirkeby, Tal Coat, O'Keefe (liste non exhaustive)

 

Consigne 2 : Histoire du canal

En classe, s’intéresser à l’histoire du canal : sa construction, son utilité, son évolution, son fonctionnement (les écluses). En parallèle, les élèves feront des recherches de paysages dans l'histoire de la peinture. Cette documentation pourra alimenter les consignes suivantes. Ici, nous pouvons projeter une collaboration avec l'enseignant d’histoire-géographie.

Objectifs pédagogiques : S’approprier une documentation pour l’intégrer à un travail graphique et un travail d’écriture.

Productions attendues : Les productions seront semblables à celles de la première consigne (dessins, croquis, textes collectifs réalisés par l’assemblage de phrases écrites individuellement), à ceci près qu’elles seront inspirées par la documentation et non plus par l’exploration directe du canal.

Ressources : De nombreuses ressources en ligne permettent de comprendre la construction du canal et son évolution. Nous fournirons des liens vers l’histoire du canal, ainsi que vers les usages touristiques actuels.

 

Consigne 3 : Ce que je ressens

Cette consigne permettra d’entrer dans la troisième étape de la Classe Numérique : les élèves devront maintenant inventer à partir des notes collectées par l’observation directe et par la documentation.

Les notes graphiques seront l'amorce pour créer de nouvelles images. Les textes descriptifs et historiques serviront de support à des textes d’invention.

Objectifs pédagogiques : S’approprier ses observations et la documentation pour inventer.

Productions attendues : D’un point de vue graphique : les notes pourront être assemblées, collées, superposées, photographiées, recopiées, interprétées, décrites, utilisées à dessein... Cette consigne permettra de questionner le rapport à la réalité des images produites par les élèves et d'en analyser les décalages, les significations qui en découlent.  L'intérêt est de décontextualiser des éléments de paysage et de les mêler à d’autres, pour devenir d'autres paysages. En composant ainsi, ce sera une façon de construire son paysage et de se l'approprier, à plusieurs.

Les élèves pourront construire des images numériques, des aquarelles, de la peinture, du dessin.

D’un point de vue écriture : nous souhaiterions que les élèves produisent des textes collectifs [toujours en prenant en compte l’écriture individuelle de chaque élève]. Nous leur proposerons des anaphores permettant de donner une unité aux fragments rassemblés : par exemple commencer les phrases par des verbes de sensations [j’ai vu, j’ai senti, j’ai entendu, j’ai ressenti…].

Ressources : D’un point de vue littéraire, nous fournirons des extraits de textes issus des ouvrages d’Éric Pessan où des personnages de fiction se trouvent en prise avec des paysages.

Nous donnerons à voir des images du travail de Patricia Cartereau, dans lequel s'établissent des liens fictionnels et subjectifs entre les différents motifs, qu’ils soient minéraux, humains, animaux, végétaux.

 

Consigne 4 : Notre canal

Chaque établissement va réaliser une cartographie réunissant l’ensemble des productions. Les cartographies des cinq collèges participants formeront une cartographie subjective du canal de Nantes à la lisière de la Loire-Atlantique.

Cette dernière consigne permettra également de préparer la restitution qui pourrait s’effectuer en extérieur, en bordure d’un tronçon du canal.

Objectifs pédagogiques : Synthétiser les étapes du travail, aller à la rencontre des productions des autres élèves et des autres établissements.

Production attendue : Dresser une carte du canal et insérer les textes et productions plastiques réalisées. La carte peut être dessinée, peinte, il est également possible d’envisager des calligrammes à l’aide des textes produits.

Formulaire d'inscription

Contacts :

Stéréolux
4 Boulevard Léon Bureau
44200 Nantes

Personne en charge du projet :
MELANIE LEGRAND
02 51 80 62 91
melanie.legrand@stereolux.org