• Aménagement des territoires

Notre-Dame-des-Landes : un projet agricole et environnemental partagé

30/09/19

Propriétaire de 895 hectares du site de Notre-Dame-des-Landes, le Département de Loire-Atlantique veut garantir un avenir agricole à l’ensemble de ce territoire et préserver son patrimoine écologique. La concertation engagée avec tous les acteurs a permis pour l'instant la signature de 24 baux ruraux, dont 23 seront tournés vers de l'agriculture biologique et raisonnée.

"Le travail collectif réalisé en 20 mois est très satisfaisant. Et nous avons pu arriver à un véritable compromis" a précisé Philippe Grosvalet, président du Département, qui présentait ce lundi 30 septembre les orientations du projet agricole et environnemental élaborées conjointement avec les services de l'État, les communes concernées, les agricultrices, les agriculteurs et les associations environnementales.

20190930-A13A4676

Le Département de Loire-Atlantique est propriétaire de 895 hectares du site de Notre-Dame-des-Landes. En lien avec les services de l’Etat, il a donc lancé une démarche de concertation autour du projet agricole et environnemental mené sur place.

Quatre grandes orientations


Quatre grandes orientations animent le projet agricole et environnemental :

  • Agir en responsabilité avec un territoire agricole et naturel, exceptionnel et vulnérable.
  • Développer une agriculture et des activités performantes ancrées localement.
  • S’engager dans l’accompagnement d’un territoire de transitions.
  • Se projeter dans un espace en cohérence avec les usages.

Cette réflexion collective permet d’esquisser les contours du projet agricole et environnemental, dont les actions seront précisées d’ici la fin de l’année 2019. Les échanges vont d’ailleurs se poursuivre d’ici là, dès cet automne.

24 baux ruraux signés

Comme il s’y était engagé, le Département propose aux agriculteurs et agricultrices présents sur les 895 hectares dont il est redevenu propriétaire de signer des baux ruraux d’une durée de neuf ans. Afin de mieux prendre en compte les enjeux environnementaux du territoire, le Département propose aux exploitants de bénéficier de baux ruraux à clauses environnementales : sur les 24 baux déjà approuvés par la commission permanente du Département depuis la fin avril, 23 contiennent des clauses environnementales.

Plus de 65 % des terres dédiées au bio

Parmi les 24 agriculteurs et agricultrices, 13 sont des "historiques" et 11 des porteurs de projets. Dans le détail, on dénombre 7 baux de niveau 1 (agriculture raisonnée), 16 baux de niveau 2 et 3 (bio et terres n'ayant jamais reçu aucun intrant) et 1 bail sans clauses environnementales, mais avec obligation de protéger les haies et mares. Globalement, 317 hectares sur 485 hectares actuellement loués seront destinés à de la production bio. Les activités seront essentiellement tournées vers l'élevage ; plusieurs nouveaux projets porteront sur du maraîchage.

IMG 0550

"Ce territoire va permettre de faire avancer plus rapidement la transition vers des modèles agricoles plus respectueux de l'environnement mais il n'est pas le seul en Loire-Atlantique. Nous avons dépassé les 1000 fermes bio dans le départerement, soit 20 % des exploitations", a souhaité rappeler Philippe Grosvalet.