• Culture, Patrimoine

Le pays de la pierre bleue- ASPHAN

23/08/16

De l’église du Vieux-Bourg au site de la carrière bleue à Nozay - A la découverte du schiste.

© ASPHAN - Le site de la carrière

Un peu d’histoire

Le schiste est une pierre de densité variable qui s’est formée entre -500 et -435 millions d’années. On la rencontre de la Bretagne à l’Anjou où elle est plus fissible (elle peut se fendre en feuilles fines) et se transforme en ardoise. Les plus anciennes constructions en schiste encore visibles dans la région de Nozay remontent au Moyen-Âge, vers le XIIème siècle. Les églises locales, dont celle du Vieux-Bourg de Nozay (transformée à plusieurs reprises entre le XIIème et le XIXème siècle), sont refaites en pierre bleue, utilisée en dallage, appareillage, linteau et entourage des ouvertures (portes, fenêtres, etc.).

Mais cette utilisation atteint à son apogée aux XVème et XVIème siècles, comme l’illustrent les manoirs de la région ou le château de Châteaubriant (propriété du Département), au sein duquel la pierre bleue y est à l’honneur comme en témoignent les arcades, les colonnes ainsi que les marches de l’escalier de l’aile Renaissance édifiée à l’initiative de Jean de Laval (1487-1543).  

Pendant les trois siècles suivants, la pierre bleue cesse d’être utilisée par la noblesse et la bourgeoisie. Mais celle-ci reste le matériau de construction privilégié en milieu rural et agricole. Il faudra attendre la fin du XIXème siècle pour que l’activité des carrières reprenne, avec une ampleur jusque-là inégalée, sous l’impulsion de Jean-Jacob Franck.

Avant la Première Guerre Mondiale, l'exploitation et la taille de la pierre bleue ont été rationalisées : exploitation en profondeur, utilisation maximale de ce matériau. Plus de 300 personnes vivaient de cette activité dans la région de Nozay, répartie dans une trentaine de carrières. Dans les années 1930, l’arrivée du béton concurrence fortement la pierre.

Le déclin de cette activité culmine dans les années 1960-70 avec la disparition progressive de la plupart des exploitations et le remblaiement des carrières. Aujourd’hui, seul un site d’extraction est encore en activité sur le territoire.

La pierre bleue a servi, et sert encore, pour des usages variés : matériau de construction, objet du quotidien et agricole. Les palis (du mot : pieu) constitués de pierres de schiste dressées et faisant office de clôture sont une des spécificités de la région. On peut également  découvrir d’autres formes d’utilisation du schiste en tant que poteaux pour les vignes et de piquets pour les parcs ostréicoles.


Une action originale soutenue par le Département

              

Baie gothique de l'église du Vieux Bourg 300

L'église du Vieux Bourg à Nozay © ASPHAN

En 1979, l’association de sauvegarde du patrimoine historique et artistique de Nozay (ASPHAN) s’engage dans le rachat et la sauvegarde de l’église du Vieux-Bourg qui sera classée au titre des monuments historiques en 1989.

Cet édifice mentionné dans les textes dès le XIIème siècle est un précieux témoin de l’art de bâtir avec l’utilisation de la pierre de schiste qui, à Nozay et dans le pays de Châteaubriant, donne cette tonalité bleutée si caractéristique aux édifices.

Le Département a participé aux travaux de restauration à hauteur de 46 000 € sur un coût total estimé à 233 500 €.

Chaque année, l’association y programme des rendez-vous culturels et artistiques avec notamment des concerts et des expositions.

Si la plupart des carrières ont aujourd’hui disparues du paysage, l’association a réhabilité le site de la carrière du Parc (propriété de la mairie de Nozay), rebaptisée Carrière de la Pierre Bleue, afin de la sauvegarder, de la valoriser et de l’animer.

Derrière cette roche, c’est toute l’histoire du territoire et de ceux qui l’ont travaillée qui est racontée par l’ASPHAN.

En 2011, le Département a apporté une aide de 6 000 € pour l’achat d’un ancien atelier provenant de la carrière de M. Doucet à Pompières, subvention calculée sur la base d’une dépense de 21 800 €.

 

Le Saviez-Vous ?

                  

travail au marteau taillant aplanir palis 200

Pierre Doucet créant une auge en pierre bleue sur le site de la carrière en 1985  © Asphan

L’extraction et le travail du schiste furent sans conteste la plus grande industrie de Nozay, la plus ancienne aussi. Dès le IIe siècle, les exploitations de schiste sont déjà connues.

En 1940, l’extraction à la carrière du Parc s’arrête. Progressivement l’excavation va se remplir d’eau d’infiltration. Elle va servir de piscine au Nozéens (il y avait environ 4 mètres au plus profond) et aux réfugiés de la Seconde Guerre Mondiale. L’abandon du site, le silence et la présence très discrète de l’homme ont permis à la nature de reprendre ses droits. Ce petit terroir pourtant fortement bouleversé et artificiel, est devenu un paradis animalier. Eau, arbres, fruits, insectes, cachettes, terriers permettent une vie sauvage riche mais très fragile.

 Ce site touristique et culturel a donc un double objectif :

  • éduquer à l’écologie, en présentant la faune et la flore de deux écosystèmes : la lande schisteuse et les sous-bois
  • préserver et transmettre les gestes et les techniques, d’extraction et de taille de la pierre bleue (ou schiste).

  

 

Pour en savoir plus

Sur l’église du Vieux-Bourg à Nozay, le site de la carrière bleue, l’histoire du schiste et les activités de l’ASPHAN en faveur du patrimoine et de l’animation culturelle