Le canal de Nantes à Brest

Le canal de Nantes à Brest, projet approuvé par Napoléon Ier en 1810, a pour objectif historique de relier Nantes avec les deux grands ports de guerre Bretons : Brest et Lorient. Le 1er janvier 1842, après des travaux longs et difficiles, le canal de Nantes à Brest est ouvert à la navigation sur toute sa longueur, soit 360 km.

Cette voie d’eau joua un rôle de tout premier ordre pour désenclaver la Bretagne et permettre ainsi son essor économique. L’appellation du « Canal de Nantes à Brest » n’est plus tout à fait exacte aujourd’hui, puisqu’en 1928, un barrage était construit à Guerlédan (Mur de Bretagne – Côtes d’Armor) interrompant ainsi la navigation en direction de Brest. La section Nantes- Redon comprend 18 écluses et permet de parcourir environ 100 km en empruntant d’abord l’Erdre, une des plus belles rivières de France selon François Ier.

Quelques chiffres

  • 67 km de l’écluse de Quiheix (Nort-sur-Erdre) à l’écluse des Bellions (Fégréac)
  • 6 km entre l’écluse des Bellions et l’écluse de la Digue (Saint-Nicolas-de-Redon) - section parallèle à la Vilaine (dite du «petit canal»)
  • 18 biefs (biefs n°3 à 17 bis), 17 écluses dont 4 en libre-service (hors juillet et août) et 17 maisons éclusières.
  • 150 ouvrages hydrauliques de régulation des niveaux dont le barrage de Vioreau, des vannages, ponceaux et aqueducs appelés aussi « Arcades »
  • 5 réservoirs d’alimentation et leurs vannages sur le canal : La Provostière sur 73 ha, Le Grand Vioreau sur 180 ha, Le Petit Vioreau sur 30 ha, Bout de Bois sur 35 ha, Aumée sur 57 ha
  • 2 rigoles d’alimentation d’une longueur cumulée de 31 km
  • 100 km de chemins de halage et contre-halage
  • 2 centres d’exploitation : la Rabinière et la Paudais
  • 2 ports fluviaux : Blain et Guenrouët

Le fonctionnement hydraulique du canal

Le bief de partage est la section culminante d’un canal, qui est alimenté artificiellement en eau pour compenser la baisse du niveau général due aux éclusages et à l’évaporation. Ici, ce bief est situé entre l’écluse n°7 et l’écluse n°8  et on le nomme « le grand bief » ou « le bief de Bout de Bois ». L’eau  est amenée au bief de partage par une rigole d’alimentation provenant d’une série de deux réservoirs : l’étang de Vioreau et celui de la Provostière, reliés entre eux par une rigole artificielle, et représentant un volume total de 9 millions de m3 d’eau.

Hydraulique

Quelques règles de navigation et de sécurité

  • Être en règle pour le pilotage : avoir le permis de navigation correspondant à son embarcation (dérogation pour les clients des sociétés de bateaux de location).
  • Avoir un bateau en règle vis-à-vis de l’immatriculation ou de son inscription auprès des autorités compétentes.Posséder une assurance pour son embarcation est fortement recommandé.
  • Disposer à bord du matériel règlementaire de sécurité.
  • Consulter les avis aux usagers disponibles sur loire-atlantique.fr/voiesnavigables pour avoir des informations sur les conditions de navigation.


Pendant la navigation

  • Le chenal de navigation est situé au milieu (sauf indication contraire par panneau). Pour accoster, privilégier le côté du chemin de halage.
  • Les bateaux se croisent bord gauche contre bord gauche.
  • Lors du croisement avec une péniche, ralentir et serrer la rive, côté droit.
  • En cas de visibilité réduite, la nuit ou par mauvais temps utiliser impérativement les feux de signalisation.
  • En stationnement, favoriser les arrêts dans les ports ou les haltes nautiques (autorisation 48 h gratuites, au-delà avoir un titre d’occupation du domaine public fluvial), à défaut sur les berges en évitant de s’amarrer aux arbres et aux poteaux de signalétique au travers du chemin de halage, utiliser un piquet.
  • Pour votre sécurité, naviguer à deux notamment pour la manoeuvre des écluses.

Informations pratiques pour les plaisanciers

 

 

Contact

  • Unité voies navigables de la délégation Châteaubriant
Tél :

02 40 79 47 56

Le guide du plaisancier

Règles exceptionnelles pour les plaisanciers

La Loire-Atlantique est touchée par une sécheresse importante : les bassins d'alimentation du canal ne sont pas assez remplis. Le volume d’eau disponible dans le réservoir ne permet pas d’assurer des conditions de navigation normales tout au long de la saison de navigation. Pour cette raison, chaque plaisancier est appelé à respecter des règles exceptionnelles.

> En savoir +

Informations pratiques pour les plaisanciers