Tout savoir sur le Département

Sauvegarder et renforcer les laboratoires publics

C'est officiel : les laboratoires publics de Loire-Atlantique, Maine-et-Loire et Sarthe se regroupent en une structure unique. L'objectif : garantir la pérennité des services publics d'analyses. Une fusion votée en session le 24 juin par les élu-e-s de l'assemblée départementale.

Avec 210 ingénieurs et techniciens, l'Institut d'analyses et de conseil (IDAC), laboratoire public et indépendant de Loire-Atlantique, procède chaque année à plus d’1 million d’analyses pour le compte de plus de 7 000 clients. Santé publique, santé animale, qualité de l'eau, ses champs d'intervention sont nombreux.

Afin de pérenniser le service public des analyses, cette structure du Département va se fondre au sein d'un groupement d'interêt public avec celles du Maine-et-Loire et de la Sarthe.

Garantir la pérennité du service public des analyses

Cette décision prend place dans un contexte où les laboratoires publics sont mis en difficulté par une concurrence très forte , notamment pour certaines analyses officielles qui leur étaient auparavant confiées. C'est le cas des analyses liées aux contrôles sanitaires des eaux potables et des eaux de baignades depuis la Loi sur l'eau qui a mis en place des appels d'offres.

Plusieurs laboratoires publics, dont les compétences et les moyens étaient reconnus, ont déjà dû arrêter certaines de leurs activités après la perte de ces marchés, et une quinzaine d’entre eux a déjà dû fermer. L’affaiblissement de ce maillage territorial contribue à réduire la capacité de réaction en situation de crise sanitaire ou environnementale.

L’enjeu qui se pose aujourd’hui est bien « la pérennité d’un véritable service public d’analyses, indépendant des intérêts économiques et financiers, et impartial au plan scientifique » explique le président du Conseil général Philippe Grosvalet.

Se regrouper pour se développer

Le premier objectif du regroupement sera donc de garantir un service public de proximité, de qualité et indépendant, dans le domaine de la sécurité sanitaire de l’eau et des aliments, de l’environnement et de la santé publique vétérinaire. Ce service public sera en capacité de :

  • Réagir efficacement en situation de crise sanitaire et/ou environnementale,
  • Accompagner le développement économique des territoires et d'appuyer certaines filières d'intérêt local,
  • Offrir une alternative publique au secteur privé de l’analyse en situation quasi monopolistique sur certaines activités.

Le second objectif est de développer l’activité des laboratoires des trois départements et de les rendre encore plus compétitifs par :

  • Le renforcement de la fonction commerciale,
  • L’extension du périmètre géographique d’intervention,
  • L’accroissement de la capacité d’investissement,
  • La mise en synergie des activités de recherche et de développemen.

Un des plus grands laboratoires publics de France

Réunis au sein d'un groupement d'intérêt public, les trois laboratoires formeront l'un des plus grands laboratoires publics de France avec 300 scientifiques, réalisant chaque année 2 millions d’analyses pour le compte de 15 000 clients.

Au démarrage, la présidence sera assurée par le président du Conseil général de la Sarthe, tandis que le siège social sera fixé à Angers et que la direction sera assurée par l’actuel directeur de l’IDAC.